Commentaire
Moyenne (1 Voter)
Identifiez-vous pour voter !
Click here to see the meta data of this asset.

Troubles anxieux : Tour d’horizon

 

Notions essentielles

  • L'anxiété désigne une foule de conditions ayant comme symptômes des manifestations de peur et d'angoisse difficiles à maîtriser qui nuisent à la vie quotidienne. Les symptômes durent en moyenne plus de six mois.
  • Les troubles anxieux sont les maladies mentales les plus fréquentes, touchant 12 % des adultes entre l'âge de 15 à 64 ans. Environ 16 % des femmes et 9 % des hommes ont un trouble anxieux.

Types d'anxiété

Remarque : Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) figurait dans le chapitre sur les troubles anxieux du DSM-IV. Dans le DSM-5, il se retrouve dans un nouveau chapitre sur les troubles obsessionnels-compulsifs et non spécifiés.

Dans le DSM-5, le trouble de stress post-traumatique (TSPT) et le trouble de stress aigu sont classés dans un nouveau chapitre sur les troubles de stress traumatique et non spécifiés.

Trouble d'anxiété généralisée

Le trouble d'anxiété généralisée se caractérise par une angoisse excessive ressentie la plupart du temps au sujet d'événements ou d'activités pendant au moins six mois. La personne constate qu'elle maîtrise difficilement son anxiété, ce qui lui cause une détresse ou une gêne significative dans son fonctionnement social ou professionnel ou dans une autre habileté importante.

Symptômes

Au moins trois des symptômes suivants (un seul pour les enfants) doivent être présents pour qu'un diagnostic de trouble d'anxiété généralisée puisse être porté :

  • Tendance à être agité ou à se sentir surexcité ou tendu
  • Tendance à se fatiguer facilement
  • Difficulté à concentrer, avoir la tête vide
  • Irritabilité
  • Tension musculaire
  • Trouble du sommeil (difficulté à s'endormir ou à demeurer endormi, sommeil agité)

Trouble panique

Le trouble panique se caractérise par des attaques de panique récurrentes et inattendues.

Symptômes

Au moins quatre des 13 symptômes suivants surviennent subitement lors d'une attaque de panique et atteignent leur acmé en quelques minutes :

  • palpitations, battements de cœur ou accélération du rythme cardiaque
  • transpiration
  • tremblements ou secousses musculaires
  • sensations de « souffle coupé » ou impression d'étouffement
  • sensation d'étranglement
  • douleur ou gêne thoracique
  • nausée ou gêne abdominale
  • sensation de vertige, d'instabilité, de tête vide ou impression d'évanouissement
  • déréalisation (sentiments d'irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi)
  • peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou
  • peur de mourir
  • paresthésies (sensations d'engourdissement ou de picotements)
  • frissons ou bouffées de chaleur

Agoraphobie

L'agoraphobie est une anxiété liée au fait de se trouver dans des endroits ou des situations d'où il pourrait être difficile (ou gênant) de s'échapper ou dans lesquelles aucun secours ne pourrait être trouvé en cas d'une attaque de panique ou des symptômes de type panique. De telles situations sont évitées ou vécues avec une détresse ou une anxiété prononcée. La peur et l'évitement durent habituellement six mois ou plus et causent une détresse significative.

Symptômes

  • Crainte ou angoisse dans au moins deux des situations suivantes : être dans les transports publics, dans un endroit ouvert ou clos, ou dans une foule ou une file d'attente ou se trouver seul en dehors de son domicile.
  • Crainte ou évitement de situations qui peuvent déclencher une attaque de panique.

Phobie sociale (trouble d'anxiété sociale)

La phobie sociale est caractérisée par une crainte ou une angoisse marquée et persistante des situations sociales où la personne peut ressentir une sensation de gêne, d'humiliation ou d'être observée. Ces situations peuvent comprendre celles où elle doit prendre la parole ou performer, rencontrer des étrangers, avoir des fréquentations ou manger en public. Chez les enfants, l'anxiété doit se manifester dans les interactions avec ses pairs et non seulement avec les adultes.

Symptômes

  • Les symptômes physiques comprennent le rougissement, la transpiration, une sécheresse buccale, des tremblements ou des secousses musculaires.
  • L'évitement de situations sociales ou le fait de ressentir de la peur ou une angoisse intense dans ces situations.
  • Chez les enfants, l'anxiété est exprimée par des pleurs, des accès de colère, des réactions de figement, d'agrippement ou de recul ou par l'incapacité de s'exprimer dans des situations sociales.

 

Phobie spécifique

Une phobie spécifique est caractérisée par une crainte ou une angoisse au sujet d'un objet ou d'une situation spécifique. Avoir peur de prendre l'avion ou un ascenseur, avoir peur des animaux, des insectes, des orages, de voir du sang ou d'avoir une injection sont parmi les phobies les plus courantes.

Symptômes

  • Crainte, angoisse ou évitement de l'objet de la phobie.
  • Détresse significative associée à l'objet de la phobie.

 

Angoisse de séparation

Une angoisse de séparation est une crainte ou une angoisse excessive et inappropriée persistante concernant la séparation d'avec les personnes auxquelles le sujet est attaché.

Symptômes

Au moins trois des symptômes suivants doivent être présents pour qu'un diagnostic soit porté :

  • Détresse dans les situations de séparation d'avec la maison ou les figures d'attachement, ou en anticipation de celles-ci.
  • Crainte excessive qu'un événement vienne causer la séparation d'avec la figure d'attachement.
  • Réticence ou refus d'aller à l'extérieur en raison de la peur de la séparation.
  • Crainte d'être seul à la maison sans la figure d'attachement.
  • Réticence ou refus d'aller dormir en dehors de la maison sans être à proximité d'une figure d'attachement.
  • Cauchemars répétés à thème de séparation.
  • Les symptômes physiques comprennent les maux de tête, les douleurs abdominales, les nausées ou les vomissements en anticipation d'une séparation d'avec les figures d'attachement.

 

Mutisme sélectif

Le mutisme sélectif est l'incapacité régulière à parler dans des situations sociales spécifiques dans lesquelles la personne est supposée parler alors qu'elle parle sans difficulté ou avec très peu de difficulté dans d'autres situations. Le mutisme sélectif dure au moins un mois et nuit aux performances professionnelles ou scolaires de la personne ou à ses interactions sociales. Il est plus fréquent chez les jeunes enfants que chez les adolescents et les adultes.

Anxiété induite par une substance ou un médicament

L'anxiété induite par une substance ou un médicament est la conséquence directe de la consommation d'un médicament ou d'un abus de drogue ou d'une exposition à une toxine.

Symptômes

  • Attaques de panique ou d'anxiété qui se manifestent pendant ou peu après l'intoxication ou le sevrage d'une substance, ou à la suite d'une exposition à un médicament.

 

Causes

Antécédents génétiques et familiaux

  • L'anxiété a tendance à être « de famille ».
  • Les personnes ayant des membres de leur famille qui ont un trouble anxieux ont une vulnérabilité générale au développement d'un trouble anxieux plutôt qu'un trouble anxieux particulier.
  • Près de la moitié des gens qui ont un trouble anxieux ont au moins un membre de leur famille avec ce trouble.

Facteurs du milieu

  • Les gens apprennent à associer des événements stressants ou traumatisants à des facteurs de déclenchement comme un lieu, une sensation ou un son. Lorsque le facteur de déclenchement est présent, la personne revit automatiquement la crainte qu'elle a ressentie lors de l'événement initial. Les personnes qui ont un trouble anxieux peuvent se donner beaucoup de peine pour éviter ces facteurs de déclenchement.
  • Un niveau élevé de stress familial au cours de l'enfance peut déclencher l'anxiété et des façons malsaines de composer qui augmentent la probabilité de troubles anxieux.
  • Les enfants qui grandissent avec des parents angoissés qui ont un comportement d'évitement peuvent acquérir des façons malsaines de composer et ont davantage tendance à développer un trouble anxieux.

Facteurs biologiques

  • Des études ont démontré un lien entre l'anxiété et des problèmes de régulation de certains neurotransmetteurs dont la sérotonine, la norépinéphrine et l'acide gamma-aminobutyrique.
  • Les recherches à base d'imagerie cérébrale ont révélé des anormalités dans le débit sanguin et le métabolisme du cerveau ainsi que des anormalités structurelles.

Facteurs médicaux

  • Les symptômes de panique et d'anxiété généralisée peuvent résulter d'affections médicales, notamment celles des glandes, du cœur, des poumons ou du cerveau. Le traitement de l'affection médicale réduit l'anxiété.
  • Les infections streptococciques et autres peuvent mener à des symptômes obsessionnels-compulsifs.
  • Les personnes qui ont des symptômes d'anxiété ont souvent d'autres troubles psychiatriques qui peuvent être à l'origine de leur anxiété.
  • La consommation de substances, notamment de stimulants tels que la caféine, la cocaïne et le Ritalin, peuvent induire des symptômes d'anxiété.

Pronostic

  • La détection précoce et la gestion jouent un rôle capital dans le rétablissement et peuvent prévenir des troubles secondaires tels que la dépression et les problèmes d'abus de drogues et d'alcool.
  • Les personnes touchées peuvent hésiter à obtenir de l'aide et ne pas être traitées à cause de la stigmatisation, du manque de connaissances, de contraintes financières ou du manque d'accès à des professionnels de la santé.
  • Les troubles anxieux peuvent être bien gérés dans un milieu de premier recours ayant accès à des spécialistes de la thérapie cognitivo-comportementale.

Sommaire des données probantes

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (5e éd.). Washington (DC).

Laposa, J, (2012). « Anxiety disorders ». Dans A. Khenti, J. Sapag, S. Mohamound et A. Ravindran (réd.), Collaborative Mental Health: An Advanced Manual for Primary Care Professionals (p. 115–126). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Rector, N., D. Bourdeau, K. Kitchen et L. Joseph-Massiah. (2008). Anxiety Disorders: An Information Guide. Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Swinson, R. (2011). « The patient who is anxious ». Dans D. Goldbloom et J. Davine (réd.), Psychiatry in Primary Care: A Concise Canadian Pocket Guide (p. 45–60). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.


Identifiez-vous pour commenter !