1 Commentaire
Moyenne (1 Voter)
Identifiez-vous pour voter !
Click here to see the meta data of this asset.

Troubles anxieux : Dépistage et orientation

 

Notions essentielles

  • Les intervenants de premier recours doivent faire un dépistage des troubles anxieux, car ceux-ci sont fréquents.
  • Le trouble panique et le trouble d'anxiété généralisée sont les types les plus courants de trouble anxieux que l'on constate dans les milieux de premier recours.
  • Il faut éliminer les causes possibles de l'anxiété, telles qu'une crise cardiaque ou un important trouble dépressif.

Pourquoi dépister ? Prévalence

  • Les troubles anxieux sont les maladies mentales les plus fréquentes, touchant 12 % de la population canadienne à un moment donné.
  • Environ 16 % des femmes et 9 % des hommes ont un trouble anxieux.
  • Environ 25 % des personnes ont des problèmes significatifs se rapportant à un trouble anxieux.
  • L'âge moyen de début d'un trouble anxieux est 12 ans. Il arrive souvent que les troubles anxieux se manifestent à la fin de l'adolescence ou au début de l'âge adulte.

Dépistage en milieu de soins primaires

  • En milieu de soins primaires, les personnes peuvent avoir des affections médicales et des symptômes d'anxiété en même temps.
  • Le dépistage doit déterminer si les symptômes d'anxiété sont attribuables à des événements pénibles, à un trouble anxieux ou à un autre trouble affectif comme une dépression, une condition organique telle que l'hyperthyroïdie, ou à la consommation de stimulants comme le café.
  • Il faut déterminer le trouble anxieux spécifique de la personne.
  • Le diagnostic ne peut être porté que si la personne vit une détresse ou une incapacité fonctionnelle significative.

Conditions ayant des symptômes semblables

Conditions organiques

De nombreuses affections médicales peuvent causer des symptômes d'anxiété, mais en général, celles-ci sont accompagnées uniquement des symptômes associés à l'affection principale. Ces affections comprennent les suivantes :

  • Affections endocriniennes comme l'hyperthyroïdie, l'hypothyroïdie, l'hypoglycémie ou la ménopause.
  • Affections cardiovasculaires comme l'insuffisance cardiaque congestive, une embolie pulmonaire ou une angine de poitrine.
  • Affections respiratoires comme l'asthme, une bronchopneumopathie chronique obstructive ou une pneumonie.
  • Affections métaboliques comme le diabète.
  • Affections neurologies ou du système nerveux central comme une migraine ou une démence précoce.
  • Troubles gastro-intestinaux comme un ulcère gastro-duodénal ou le syndrome du côlon irritable.
  • Fatigue chronique.
  • Autres maladies graves comme le cancer.
  • Symptômes de toxicomanie comme un abus de caféine, de nicotine, d'alcool ou de drogues illégales.

Réaction au stress (trouble d'adaptation)

  • Un trouble d'adaptation se produit en réaction à un facteur de stress courant comme la perte d'un emploi ou un divorce. La détresse doit se produire dans les trois mois avant ou après l'événement et ne persister que si le facteur de stress est présent. Une attente surveillée peut aider à déterminer si les symptômes s'aggravent ou mènent à un trouble anxieux.

Troubles concomitants

Les troubles anxieux peuvent coexister avec plusieurs troubles psychiatriques :

  • Un trouble dépressif majeur : 51 % des personnes qui ont un trouble anxieux ont également un trouble dépressif majeur. Un trouble anxieux est habituellement le prélude d'un trouble dépressif majeur.
  • Un autre trouble anxieux.
  • Des troubles de toxicomanie comme l'abus d'alcool ou l'alcoolisme.
  • Des troubles de la personnalité.

Protocoles de dépistage

Lors du dépistage de troubles anxieux, se rappeler que les symptômes doivent causer une détresse significative ou une incapacité fonctionnelle.

Trouble d'anxiété généralisée

  • Demandez à la personne si elle se sent presque toujours inquiète, tendue ou anxieuse. Environ 90 % des personnes qui ont un trouble d'anxiété généralisée répondront par l'affirmative.
  • Si la personne répond positivement, utilisez l'acronyme mnémonique FATIMI pour déterminer si elle a un trouble d'anxiété généralisé :

Fatigue

Anxiété

Tension

Inquiétude

Maux de tête difficiles à contrôler

Insomnie/irritabilité/côlon irritable

Trouble panique

  • Demandez à la personne si elle ressent des épisodes soudains et inattendus avec une poussée de sensations désagréables, comme des palpitations du cœur ou un étourdissement, accompagnés d'une sensation de panique ou de crainte.
  • Demandez-lui si elle évite de se retrouver dans de nouvelles situations propices à la manifestation de symptômes d'anxiété ou si elle hésite à le faire.

Agoraphobie

  • Demandez à la personne si elle évite les foules, les files d'attente ou les ponts, si elle hésite à sortir de chez elle seule ou à voyager en autobus, en train ou en voiture, ou si elle a besoin de toujours avoir quelqu'un qui l'accompagne comme personne de confiance.

Phobie sociale (trouble d'anxiété sociale)

  • Demandez si la personne est excessivement anxieuse ou si elle s'inquiète d'être humiliée ou gênée d'avoir à faire des choses devant les gens ou d'avoir des contacts avec les autres.

Phobie spécifique

  • Demandez si ces objets ou ces situations rendent la personne anxieuse ou craintive et si la crainte nuit à sa vie quotidienne :
    • animaux, couleuvres et serpents, insectes
    • hauteurs, orages, proximité de l'eau
    • voir du sang, avoir une injection
    • être dans un endroit clos
    • prendre l'avion, ascenseurs

Trouble d'angoisse de séparation

Mutisme sélectif

Trouble anxieux induit par une substance ou un médicament

  • Des analyses appropriées en laboratoire seront vraisemblablement nécessaires pour dépister une anxiété induite par une substance ou un médicament. De telles analyses peuvent inclure :
  • un hémogramme
  • un profil biochimique
  • des tests de dépistage de drogues dans le sang ou l'urine

Questionnaires diagnostiques

Un questionnaire diagnostique de l'anxiété (comme GAD-7) peut s'avérer utile pour porter un diagnostic, évaluer la gravité et surveiller la réaction au traitement.

Pour dépister des troubles anxieux chez les enfants, demandez aux parents de remplir le questionnaire Screen for Child Anxiety Related Disorders (SCARED) – Parent version. L'enfant remplit le questionnaire Screen for Child Anxiety Related Disorders (SCARED) – Child version.

Orientation vers un spécialiste

Orienter la personne vers un spécialiste dans les cas suivants :

  • Complications concomitantes (consommation de substance ou dépendance, trouble dépressif majeur, pensées suicidaires).
  • Réaction médiocre au traitement standard (thérapie cognitivo-comportementale, au moins deux essais de médicaments), ou diminution significative du fonctionnement.
  • Enfants/adolescents anxieux trop craintifs pour aller à l'école ou avoir des rapports sociaux.
  • Adultes qui ne peuvent pas se trouver de travail ou maintenir des activités courantes.

Sommaire des données probantes

Laposa, J, (2012). « Anxiety disorders ». Dans A. Khenti, J. Sapag, S. Mohamound et A. Ravindran, (réd.), Collaborative Mental Health: An Advanced Manual for Primary Care Professionals (p. 115–126). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Swinson, R. (2011). « The patient who is anxious ». Dans D. Goldbloom et J. Davine (réd.), Psychiatry in Primary Care: A Concise Canadian Pocket Guide (p. 45–60). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.


Identifiez-vous pour commenter !
This is helpful, but I'd like to know more about children with anxiety disorder and recommendations for referral.
Publié le 14-01-31 18:14.