Commentaire
Moyenne (0 Votes)
Identifiez-vous pour voter !
Click here to see the meta data of this asset.

Dépression : Tour d’horizon

Notions essentielles

  • Par dépression on entend une gamme d'affections dont les symptômes caractéristiques sont un sentiment d'abattement persistant et une perte d'intérêt à l'égard des expériences de la vie quotidienne.
  • Chez 10 à 15 % des hommes et 15 à 25 % des femmes, l'humeur dépressive persiste et devient un important problème de santé mentale, appelé dépression clinique ou dépression majeure.
  • Les facteurs génétiques, psychologiques, biologiques et ceux liés au milieu de vie peuvent entrent en jeu dans l'apparition de la dépression.

Types de dépression

Le trouble dépressif majeur se caractérise par des symptômes qui persistent pendant au moins deux semaines. Ces symptômes doivent représenter un changement par rapport au comportement ou à l'humeur habituelle. Les symptômes d'humeur morose ou de perte d'intérêt doivent être présents.

Il existe trois sous-types de dépression :

  • Le trouble affectif saisonnier est un type de dépression lié au temps qu'il fait et à la période de l'année.
  • La dépression postnatale se présente après l'accouchement.
  • La dépression psychotique se caractérise par une perte de contact avec la réalité, qui s'accompagne d'hallucinations (entendre des voix ou voir des personnes ou des choses qui n'ont pas de réalité) ou de délire (idées sans fondement objectif).
  • Le DSM-IV-TR (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) présente un quatrième sous-type de dépression : la dysthymie. Cet état dépressif chronique se caractérise par des symptômes modérés de dépression : manque ou excès d'appétit ou de sommeil, baisse d'énergie et fatigue, piètre estime de soi, manque de concentration, difficulté à prendre des décisions et sentiment de désespoir.

Dans le DSM-5 la dépression majeure et la dysthymie relèvent du diagnostic de trouble dépressif persistant.

Symptômes

Le principal symptôme de la dépression est un sentiment de tristesse et de désespoir qui persiste au-delà de deux semaines et affecte le rendement au travail ou les résultats scolaires, ou nuit aux relations sociales.

Le diagnostic de la dépression majeure nécessite la présence d'au moins un des symptômes de base suivants :

  • altération de l'appétit et modification du poids
  • troubles du sommeil
  • perte d'intérêt à l'égard du travail et des loisirs, des personnes de l'entourage
  • sentiment d'inutilité, de désespoir, culpabilité excessive
  • fixation sur ses échecs, impression de ne pas être à la hauteur et perte d'estime de soi
  • agitation ou manque d'énergie
  • ralentissement de la pensée, distraction, manque de concentration et difficulté à prendre des décisions
  • perte de libido
  • tendance à pleurer facilement ou à avoir envie de pleurer
  • pensées suicidaires ou, parfois, pulsions homicides
  • par moments, perte du sens de la réalité, hallucinations auditives (fait d'entendre des voix)
  • idées délirantes.

Troubles concomitants

La dépression est souvent consécutive à de nombreux autres troubles de santé mentale ou se présente en comorbidité avec ces derniers. Le trouble bipolaire ou le trouble maniaco-dépressif se caractérise par des épisodes de dépression. Souvent, l'anxiété et les troubles de la personnalité présentent aussi des caractéristiques de la dépression.

Causes

Facteurs génétiques et antécédents familiaux

Les personnes qui ont des antécédents familiaux de dépression présentent un risque légèrement plus élevé de faire une dépression à un moment de leur vie.

  • Des études portant sur des jumeaux élevés séparément ont montré que si l'un d'eux était atteint de dépression, l'autre avait entre 40 et 50 % de chances d'être également affecté. Ce résultat donne à penser que certaines personnes ont une prédisposition génétique à la dépression.
  • L'apparition de la dépression peut aussi résulter de ce qu'une personne a appris durant son enfance. Les personnes qui pendant l'enfance ont été exposées aux symptômes dépressifs de leurs parents ont assimilé ce genre de réaction à certains problèmes. À l'âge adulte, elles auront recours à ces stratégies à leur tour pour affronter les facteurs de stress dans leur vie.

Vulnérabilité psychologique

  • La personnalité et la façon dont on a appris à faire face aux problèmes peuvent contribuer à l'apparition d'une dépression.

Événements de la vie

  • Les malheurs et les traumatismes subis durant la petite enfance peuvent conduire à la dépression.
  • Lorsqu'une personne est confrontée à plusieurs événements pénibles sur une période prolongée, son risque de développer un trouble dépressif augmente.
  • Les problèmes familiaux continuels peuvent aussi avoir de profondes répercussions sur l'humeur et causer l'apparition de symptômes de dépression.
  • Les victimes de violence conjugale, psychologique ou physique peuvent se sentir prises au piège, tant sur le plan financier qu'affectif, et se voir impuissantes face à leur avenir. Cette situation touche particulièrement les mères de jeunes enfants.

Facteurs biologiques

  • La dépression peut se manifester après un bouleversement physiologique inhabituel : accouchement, infection virale ou autre type d'infection, d'où la théorie selon laquelle les déséquilibres hormonaux ou chimiques du cerveau pourraient entraîner la dépression.
  • Des études ont montré que les taux de certaines substances biochimiques (p. ex., la sérotonine) étaient différents chez les personnes dépressives et celles qui ne l'étaient pas. Le fait que la dépression puisse être soulagée par des agents antidépresseurs et des traitements par électrochocs semble conforter cette théorie.

Pronostic

Le pronostic varie en fonction de la gravité de la dépression :

  • La durée moyenne d'un épisode dépressif va de six à huit mois. Dans le cas d'une légère dépression, le rétablissement spontané est probable.
  • Environ 80 % des personnes qui sont traitées pour une dépression majeure auront au moins un autre épisode au cours de leur vie. La moyenne est de quatre épisodes.
  • Voici des exemples de facteurs de risque de rechute de la dépression :
    • antécédents de trois épisodes de dépression majeure, voire plus
    • antécédents d'épisodes fréquents
    • un épisode au cours des 12 derniers mois
    • symptômes résiduels
    • épisodes graves, p. ex., état suicidaire (probabilité de réussir un suicide), traits psychotiques
    • antécédents de longs épisodes.

Sommaire des données probantes

American Psychiatric Association. (2000). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (4e éd., texte rév.). Washington (DC).

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (5e éd.). Washington (DC).

Kennedy, S.H., Lam, R.W., Parikh, S.V., Patten, S.B. et Ravindran, A.V. (2009). Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) Clinical Guidelines for the Management of Major Depressive Disorder in AdultsJournal of Affective Disorders, 117(Suppl. 1). S44–53.

National Institute for Health and Care Excellence. (2005). Depression in Children and Young People: Identification and Management in Primary, Community and Secondary Care (Clinical Guideline 28). Londres (Royaume-Uni).

National Institute for Health and Care Excellence. (2009). Depression in Adults: The Treatment and Management of Depression in Adults (Clinical Guideline 90). Londres (Royaume-Uni).

National Institute for Health and Care Excellence. (2009). Depression in Adults with a Chronic Physical Health Problem: Treatment and Management (Clinical Guideline 91). Londres (Royaume-Uni).

 


Identifiez-vous pour commenter !