Commentaire
Moyenne (0 Votes)
Identifiez-vous pour voter !
Click here to see the meta data of this asset.

Double diagnostic: Évaluation médicale et diagnostic

Pour pouvoir poser un diagnostic de problème de santé mentale chez une personne atteinte de déficience intellectuelle, il faut recueillir des renseignements auprès de plusieurs sources et savoir comment la personne se comporte dans différents contextes.
Évaluation médicale et diagnostic 
Alors que les personnes atteintes de déficience intellectuelle sont exposées aux mêmes problèmes de santé mentale que le reste de la population et à une fréquence semblable, elles ont souvent de la difficulté à parler de leur expérience et de leur souffrance. Cette situation peut entraîner des erreurs de diagnostic et déboucher sur des traitements inappropriés. En voici deux exemples :
• Les symptômes de troubles mentaux peuvent être attribués à tort à la déficience intellectuelle, un diagnostic en masquant un autre.
• Les problèmes médicaux, et en particulier les troubles neurologiques, peuvent passer pour les symptômes d'un trouble mental.
Diagnostic
Il existe un protocole que les cliniciens peuvent suivre pour mieux comprendre l'influence des facteurs physiologiques, psychiques et sociaux sur la santé mentale d'une personne. Ce protocole inclut les quatre questions suivantes (Bradley et Burke, 2002) :
• Y a-t-il un problème médical ?
• Y a-t-il un problème au niveau du soutien ou des attentes ?
• Y a-t-il un problème émotionnel ?
• Y a-t-il un trouble psychiatrique ?
Vidéo : S'adressant aux familles et aux aidants, la Dre Yona Lunsky parle du besoin d'une évaluation complète (en anglais).
Problèmes médicaux 
De nombreuses personnes atteintes de déficience intellectuelle ont des problèmes médicaux qui peuvent passer inaperçus et rester sans traitement. Un exemple : une personne constipée qui n'est pas en mesure de parler de sa douleur peut devenir agressive et s'en prendre à son entourage. Il est donc essentiel de faire régulièrement effectuer des examens médicaux complets, ainsi que des examens de la vue et de l'ouïe et des examens dentaires pour s'assurer que les comportements problématiques n'ont pas une origine médicale.
Soutien et attentes raisonnables
Une fois les examens physiques effectués et les affections traitées, si les examens en ont révélé, il est important de se demander si le comportement de la personne pourrait s'expliquer par un manque de soutien ou un soutien inadéquat. La personne a-t-elle des besoins non satisfaits ?
• Si la personne n'est pas en mesure de faire ce qu'elle souhaite ou ce qu'on attend d'elle, cela peut susciter anxiété, colère ou abattement.
• À l'inverse, si on l'aide trop et qu'on ne lui donne pas l'autonomie qu'elle souhaite, cela peut aussi engendrer chez elle un sentiment de frustration.
Parlez avec les prestataires de services pour déterminer comment optimiser ces services afin de répondre aux besoins de la personne.
Problèmes émotionnels 
Il existe une différence entre les fortes émotions négatives : colère, tristesse, angoisse... et les troubles psychiatriques, même si les comportements peuvent s'expliquer par le stress, un traumatisme ou la perte d'un être cher.
Troubles psychiatriques
Il n'existe pas de démarcation nette permettant de dire à quel moment un problème émotionnel affectant une personne atteinte de déficience intellectuelle devient suffisamment grave pour pouvoir être qualifié de trouble psychiatrique. Cependant, les problèmes émotionnels qui ne sont pas reconnus et auxquels on ne peut donc pas remédier risquent d'empirer et de perturber grandement la personne et son entourage.
En plus d'employer le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), les cliniciens qui traitent des personnes atteintes de déficience intellectuelle se réfèrent au DM ID (Diagnostic Manual – Intellectual Disability), qui propose des adaptations au DSM IV pour les personnes atteintes de déficience intellectuelle. Certains emploient également le DC LD (Diagnostic Criteria […] for use with adults with learning disabilities […])pour effectuer le dépistage des troubles psychiatriques et en déterminer la nature.
Le document intitulé Un guide pour comprendre les comportements problématiques et les préoccupations émotionnelles chez les adultes ayant une déficience intellectuelle (DI) à l'intention des professionnels de soins primaires et dispensateurs de soins (issu de l'Initiative pour les soins primaires en déficience intellectuelle) indique les étapes à suivre pour la mise en évidence des causes des comportements problématiques et il contient le gabarit d'un formulaire où noter données et observations.
 


Identifiez-vous pour commenter !