Commentaire
Moyenne (0 Votes)
Identifiez-vous pour voter !
Click here to see the meta data of this asset.

Le trouble de stress post-traumatique : Tour d’horizon

Notions essentielles

  • Ce sont souvent les fournisseurs de soins de première ligne que le patient atteint du trouble de stress post-traumatique (TSPT) consulte en premier.
  • Le TSPT est un trouble anxieux dont le facteur précipitant est un traumatisme grave au cours duquel la personne a subi, vu ou entendu des menaces physiques ou mentales.
  • Les symptômes peuvent apparaître des mois voire des années après l'événement traumatique.
  • Les personnes atteintes de TSPT évitent souvent de parler du traumatisme ou d'en reconnaître l'existence. Au lieu de cela, elles recherchent un traitement pour soulager les troubles suivants : maux physiques, humeur mélancolique, colère, problèmes relationnels, troubles du sommeil ou dysfonction sexuelle.

Symptômes

Le TSPT est un trouble anxieux qui est consécutif à l'exposition à un événement traumatique grave. Les exemples courants de traumatisme sont les suivants : décès soudain ou imprévu d'un être cher, agression sexuelle et le fait d'être témoin d'un événement ayant occasionné la mort ou des blessures graves chez une autre personne. Les symptômes peuvent apparaître longtemps après l'événement et peuvent durer pendant de nombreuses années sans traitement.

Voici des exemples de symptômes :

  • flashbacks (revivre l'événement traumatique de manière soudaine, intrusive et réaliste)
  • éviter les évocations de l'événement
  • être toujours sur ses gardes contre le danger
  • anesthésie émotionnelle
  • comportement d'automutilation
  • passer moins de temps avec famille et amis
  • perte d'intérêt pour les activités quotidiennes
  • sentiments de honte et de culpabilité
  • cauchemars
  • troubles du sommeil prolongés.

Prévalence

  • Au Canada, le taux de prévalence au cours de la vie du TSPT est d'environ 9 %.
  • L'exposition à au moins un événement traumatique suffisant pour causer le TSPT est chose courante.
  • Un plus grand nombre de femmes que d'hommes est touché par le TSPT. Cela s'explique probablement par le fait que les femmes sont plus souvent victimes d'agression sexuelle et d'autres formes de violence interpersonnelle.

Causes

Le TSPT n'est pas attribuable à une cause unique. Son apparition est précipitée par un traumatisme grave, mais ce ne sont pas toutes les personnes traumatisées qui sont atteintes du trouble. Tant les facteurs de risque que les facteurs de protection contribuent à déterminer si une personne présentera ou non le TSPT.

Voici des exemples de facteurs de risque :

  • antécédents familiaux de troubles mentaux
  • antécédents de maladie psychiatrique
  • autres agents stressants de la vie
  • sexe féminin
  • absence de soutien social
  • exposition au traumatisme à un âge jeune
  • gravité du traumatisme

 

Voici des exemples de facteurs de protection :

  • perception du soutien social
  • tempérament accommodant
  • haute aptitude intellectuelle
  • sentiment de contrôle
  • statut socio-économique élevé
  • milieu familial favorable

Pronostic

  • Les symptômes du TSPT diminuent considérablement au cours de la première année suivant le traumatisme sans traitement pour la plupart des personnes.
  • Certaines études laissent entendre qu'en associant traitement psychologique et pharmacothérapie on améliore les résultats.
  • Le suivi après le traitement est essentiel.

Sommaire des données probantes

Ng, L. (2012). « Trauma and posttraumatic stress disorder. » Dans A. Khenti, J. Sapag, S. Mohamound et A. Ravindran (réd.), Collaborative Mental Health: An Advanced Manual for Primary Care Professionals (pp. 251–272). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Swinson, R. (2011). « The patient who is anxious ». Dans D. Goldbloom et J. Davine (réd.),Psychiatry in Primary Care: A Concise Canadian Pocket Guide (pp. 45–60). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Van Ameringen, M., Mancini, C., Patterson, B. et Boyle, M.H. (2008). « Post-traumatic stress disorder in Canada ». CNS Neuroscience & Therapeutics, 14(3), 171–181.

 


Identifiez-vous pour commenter !