Commentaire
Moyenne (0 Votes)
Identifiez-vous pour voter !
Click here to see the meta data of this asset.

Trouble lié au tabagisme : Tour d’horizon

Notions essentielles

  • Le trouble lié au tabagisme fait partie des troubles liés à une substance.
  • Le trouble lié au tabagisme est courant chez les personnes qui utilisent quotidiennement les cigarettes et le tabac sans fumée (tabac à chiquer).
  • Parmi les fumeurs, près de la moitié a essayé de cesser de fumer et le tiers a tenté plus d'une fois de renoncer au tabac.
  • Chez les personnes atteintes de troubles mentaux, le taux de tabagisme (40 à 90 %) est beaucoup plus élevé que dans la population générale.
  • Les personnes aux prises avec d'autres troubles liés à l'usage de substances sont plus susceptibles de fumer, et près de 50 % d'entre elles ont une dépendance à la nicotine.

Prévalence

  • 17 % des Canadiens fument et 14 % fument tous les jours.
  • Le tabagisme est plus courant chez les hommes (20 %) que chez les femmes (15 %).
  • La prévalence du tabagisme est la plus élevée chez les jeunes adultes : 22 % chez les 20 à 24 ans et 24 % chez ceux âgés entre 25 et 34 ans.
  • La diminution de la prévalence du tabagisme ces dix dernières années s'est ralentie.
  • Près de la moitié des fumeurs a essayé de ne plus fumer au cours des douze derniers mois et le tiers a fait plus d'une tentative de renoncement au tabac.

Causes

Facteurs génétiques

  • Les facteurs génétiques contribuent au début de l'usage du tabac, à son usage continu et au développement du trouble lié au tabagisme. Le degré d'héritabilité est équivalent à celui observé pour d'autres troubles liés à l'usage de substances (environ 50 %).
  • Plusieurs régions du génome interviennent dans le trouble lié au tabagisme, ainsi que dans le renoncement au tabagisme et le traitement.

Facteurs chimiques et biologiques

  • Le tabagisme augmente la concentration de dopamine, une substance chimique présente dans le cerveau qui accroît le sentiment de plaisir et renforce le désir de continuer à fumer.
  • Les effets de la nicotine sur l'humeur (plaisir, éveil, relaxation) sont puissants. Une fois qu'une personne commence à fumer, surtout à un jeune âge, les risques qu'elle acquière une dépendance au tabac sont élevés.

Facteurs du milieu de vie

  • Les fumeurs acquièrent des habitudes ou réagissent à des déclencheurs du tabagisme (p. ex., après un repas, en état d'anxiété, en travaillant dans un certain endroit). Ces déclencheurs sont difficiles à modifier.

Facteurs médicaux

  • Les personnes atteintes de troubles mentaux ont un taux de tabagisme (40 à 90 %) beaucoup plus élevé que l'ensemble de la population (17 %). Ces taux de tabagisme sont les suivants selon le trouble : trouble bipolaire (51 à 70 %), trouble dépressif majeur (40 à 60 %), troubles anxieux (8 à 66 %) et schizophrénie (45 à 88 %).
  • Les personnes aux prises avec d'autres troubles liés à l'usage de substances sont plus susceptibles de fumer, et près de 50 % d'entre elles ont une dépendance à la  nicotine. Les taux de tabagisme vont de 11 à 48 % chez les personnes aux prises avec des problèmes d'alcool, de cannabis, de cocaïne, d'amphétamines et d'opioïdes.
  • Chez les adolescents, la dépression est prédictive du tabagisme et le tabagisme est prédictif de la dépression.

Pronostic

  • Le renoncement au tabac peut exiger plusieurs tentatives. Près de la moitié des fumeurs a essayé de ne plus fumer et le tiers a fait plus d'une tentative de renoncement au tabac.
  • Les personnes qui cessent de fumer peuvent généralement revenir au même état de santé que les personnes qui n'ont jamais fumé, en particulier si elles arrêtent à un jeune âge.
  • Les aides antitabagiques contenant de la nicotine (les timbres, la gomme, les inhalateurs, les pastilles ou les vaporisateurs nasaux) peuvent aider à soulager les symptômes de sevrage.
  • Le pronostic est le plus favorable si la personne est très motivée à renoncer au tabac et qu'elle bénéficie de l'appui de sa famille, d'un soutien social ou d'autres formes de soutien.

Sommaire des données probantes

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (5e édition). Washington (DC).

Réseau d'action canadien pour l'avancement, la dissémination et l'adoption de pratiques en matière de traitement du tabagisme fondées sur l'expérience clinique (CAN-ADAPTT). (2011). Lignes directrices canadiennes sur le renoncement au tabagisme. Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Centre de toxicomanie et de santé mentale. (2010). Tobacco . Toronto (Ontario).

Herie, M., Dragonetti, R. et Selby, P. (2012). « Alcohol and tobacco use problems ». Dans A. Khenti, J. Sapag, S. Mohamound et A. Ravindran (réd.), Collaborative Mental Health: An Advanced Manual for Primary Care Professionals (pp. 195–214). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Lessov-Schlaggar, C.N., Pergadia, M.L., Khroyan, T.V. et Swan, G.E. (2008). « Genetics of nicotine dependence and pharmacotherapy ». Biochemical Pharmacology, 75(1), 178–195.

Reid, J.L., Hammond, D., Burkhalter, R., Rynard, V.L. et Ahmed, R. (réd.). (2013). Tobacco Use in Canada: Patterns and Trends. Waterloo (Ontario) : Propel Centre for Population Health Impact, Université de Waterloo.

 


Identifiez-vous pour commenter !