Commentaire
Moyenne (1 Voter)
Identifiez-vous pour voter !
Click here to see the meta data of this asset.

Trouble lié au tabagisme : Dépistage et aiguillage

Notions essentielles

  • Il faut administrer un dépistage pour le tabagisme au moins une fois par an. Le milieu de soins primaires est idéal.
  • Le trouble lié au tabagisme est une affection chronique et récidivante. Aux États-Unis, le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) propose de faire un   dépistage à chaque consultation étant donné que le tabagisme est un état changeant.
  • Les adolescents devraient être soumis à un dépistage pour le tabagisme parce que les effets toxiques du tabac sur le système nerveux pourraient être plus importants pendant cette période de développement neurologique lié au contrôle inhibitoire.

L'utilité du dépistage

  • Le tabac est la principale cause évitable de décès au monde.
  • Le tabagisme n'est jamais inoffensif ou à faible risque.
  • 17 % des Canadiens fument. Ce taux est plus élevé chez les jeunes adultes (22 % dans le groupe des 20 à 24 ans et 24 % chez ceux de 25 à 34 ans).
  • Le tabagisme est la cause de 90 % des cas de bronchopneumopathie chronique obstructive et de 30 % de tous les cancers. Par ailleurs, le tabagisme est un facteur de risque pour le diabète et l'hypertension.
  • 50 % des personnes qui fument mourront prématurément.
  • La fumée secondaire du tabac est plus mortelle que les autres polluants intérieurs comme l'amiante, le radon ou les feux de bois.
  • Les adolescents devraient être soumis à un dépistage pour le tabagisme parce que les effets toxiques du tabac sur le système nerveux pourraient être plus importants pendant cette période de développement neurologique lié au contrôle inhibitoire. 
  • Le tabagisme pendant l'adolescence est prédictif du trouble lié au tabagisme à l'âge adulte.

Dépistage en milieu de soins primaires

  • Il faut administrer un dépistage pour le tabagisme au moins une fois par an. Le milieu de soins primaires est idéal. Le dépistage consiste à poser des questions sur l'usage du tabac dans toutes ses formes, tant les produits à fumer que les produits sans fumée.
  • Le trouble lié au tabagisme est une affection chronique et récidivante. Aux États-Unis, le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) propose de faire un   dépistage à chaque consultation étant donné que le tabagisme est un état changeant.
  • Les fournisseurs de santé devraient dépister le tabagisme chez les personnes aux prises avec des problèmes de toxicomanie ou de santé mentale.

Protocoles de dépistage

  • Le dépistage systématique du tabagisme est l'approche la plus efficace. Pour documenter le tabagisme, les moyens suivants sont utiles : questionnaires médicaux, collants sur le dossier médical, dossiers de santé électronique, rappels sur les dossiers ou systèmes informatiques de rappel.
  • Poser des questions sur l'usage du tabac dans toutes ses formes,  tant pour les produits à fumer (cigarettes, cigarillos, cigares, feuilles d'enveloppe, pipe, chicha ou pipe à eau, narguilé, cigarette électronique) que les produits sans fumée (tabac à chiquer, tabac à tremper, tabac soluble, snus, tabac à priser). Question à poser : « Au cours des six derniers mois, avez-vous utilisé une forme quelconque de tabac? »
  • Un autre outil de dépistage courant est le calcul du nombre de paquets-année. Cette formule calcule la valeur numérique de l'exposition au tabac durant une vie. Ce résultat devrait figurer très visiblement sur le dossier du patient. Voici la formule : nombre de cigarettes par jour, multiplié par le nombre d'années de tabagisme, puis divisé par 20 = nombre de paquets-année.
  • Un outil de dépistage indirect est la mesure du taux de concentration de monoxyde de carbone qui est exhalé. Les personnes qui fument ont une concentration de monoxyde de carbone supérieure à trois parties par million.
  • Utiliser la technique des 5 D :

Demander : Demandez à tous vos patients s'ils fument ou non et inscrivez la réponse dans leur dossier.

Dire : Trouvez une façon claire mais polie de dire aux patients concernés qu'ils devraient arrêter de fumer.

Déterminer : Déterminez dans quelle mesure les patients sont prêts à cesser de fumer.

Discuter : Offrez de l'aide aux patients, qu'ils soient prêts à cesser de fumer ou non.

Diriger : Assurez le suivi des patients en fixant un autre rendez-vous pour une consultation ou en les dirigeant vers une clinique d'abandon du tabac.

Questionnaires diagnostiques

Aiguillage vers un service spécialisé

Envisager d'aiguiller la personne vers un traitement spécialisé dans les circonstances suivantes :

  • il y a des barrières au counseling, telles que des limites de temps, de ressources ou de personnel;
  • la personne présente de multiples problèmes pour lesquels la gestion multidisciplinaire est plus avantageuse;
  • la personne ne réagit pas aux interventions.

Sommaire des données probantes

Réseau d'action canadien pour l'avancement, la dissémination et l'adoption de pratiques en matière de traitement du tabagisme fondées sur l'expérience clinique (CAN-ADAPTT). (2011). Lignes directrices canadiennes sur le renoncement au tabagisme. Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Herie, M., Dragonetti, R. et Selby, P. (2012). « Alcohol and tobacco use problems ». Dans A. Khenti, J. Sapag, S. Mohamound et A. Ravindran (réd.), Collaborative Mental Health: An Advanced Manual for Primary Care Professionals (pp. 195–214). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Kwasnicka, A. et Selby, P. (2011). « The patient with a substance use problem ». Dans D. Goldbloom et J. Davine (réd.), Psychiatry in Primary Care: A Concise Canadian Pocket Guide (pp. 85–112). Toronto (Ontario) : Centre de toxicomanie et de santé mentale.


 


Identifiez-vous pour commenter !