Commentaire
Moyenne (0 Votes)
Identifiez-vous pour voter !
Click here to see the meta data of this asset.

Entretien motivationnel

 

Tour d'horizon

L'entretien motivationnel (EM) est une démarche non conflictuelle et axée sur le client qui vise à motiver davantage ce dernier à changer.

Au départ, l'EM était utilisé pour des clients atteints de problèmes d'alcool et de problèmes de toxicomanie. Les études confirment l'efficacité de l'EM quand il s'agit d'encourager les clients à modifier d'autres volets de leur mode de vie (p. ex., faire plus d'activités physiques, modifier le régime alimentaire) dans le traitement du diabète. Par ailleurs, on publie de plus en plus des données probantes concernant l'utilité de l'EM à titre de traitement d'appoint pour améliorer les résultats thérapeutiques des patients atteints de problèmes de santé mentale (p. ex., trouble anxieux, troubles de l'alimentation) et de problèmes concomitants de santé mentale et de toxicomanie.

Trois définitions de l'EM

Définition du non-spécialiste

L'EM est un mode de conversation collaborative destiné à renforcer la motivation personnelle et l'engagement du sujet à l'égard du changement.

Définition du praticien

L'EM est une méthode de counseling axée sur la personne et qui vise à aborder le problème courant de l'ambivalence à l'égard du changement.

Définition technique

L'EM est un style de communication collaborative et par objectif qui porte une attention particulière au langage du changement. L'EM vise à renforcer la motivation personnelle et l'engagement à l'égard d'un objectif spécifique en sollicitant et en examinant les raisons personnelles du sujet  qui motiveront le changement, et ce, dans une atmosphère d'acceptation et de compassion. Source : Adapté de Miller & Rollnick (2013), p. 29.

 

On trouvera sur le site Web de MINT (Motivational Interviewing Network of Trainers) le glossaire de termes en anglais utilisés dans les entretiens motivationnels.

Esprit de l'EM

L'EM est tout autant « une façon d'être au contact des autres » qu'une panoplie de compétences. C'est l'esprit qui guide l'application des compétences.

Voici quatre éléments essentiels de l'EM :

·         partenariat : collaboration active (c'est surtout le client qui parle)

·         acceptation : (honorer la valeur intrinsèque et le potentiel; reconnaître et appuyer l'autonomie; comprendre la  perspective du client; affirmer les points forts et les efforts déployés)

·         compassion : servir au mieux les intérêts du client

·         évocation : la motivation à l'égard du changement est du ressort du client—l'EM consiste à évoquer ce qui est déjà présent, et non instaurer ce qui manque.

 

 Comportements compatibles avec l'EM et incompatibles avec l'EM en rapport avec l'esprit de l'EM : Article paru dans Fundamentals of Addiction

Comportements compatibles avec l'EM

Comportements incompatibles avec l'EM

Souligner l'autonomie du client et la respecter

Collaborer activement avec le client

Solliciter les perspectives, les idées, l'espoir, les préoccupations

Démontrer une acceptation sans jugement et communiquer de l'empathie par les mots, le langage corporel et le ton de la voix.

S'affirmer comme l'autorité sur ce qui est  dans le meilleur intérêt de ce client, tenter d'atteindre ses propres objectifs pendant la séance

Énoncer des buts spécifiques (p. ex., abstinence)

Donner des conseils, un avis ou des renseignements non sollicités ou sans la permission du client

Présenter au client les conséquences défavorables si le changement ne se produit pas, ou le menacer dans ce sens

 

 MI-consistent and MI-inconsistent behaviours relating to MI Spirit : Source : Herie, Marilyn and Skinner, W.J. Wayne (201x) Fundamentals of Addiction (p.87). Toronto: Centre for Addiction and Mental Health. (c) Centre for Addiction and Mental Health.

Le modèle de l'EM

William Miller reconnaît qu'il a mis au point l'EM en se fondant sur les règles décisionnelles qu'il utilisait intuitivement dans sa pratique clinique. Il décrit l'EM comme étant « une méthode clinique et, plus tard, un nombre croissant de résultats empiriques, nécessitant une explication théorique ». (Ten Things that Motivational Interviewing Is Not)

Une assise théorique cohérente de l'EM commençait  à prendre forme. L'élaboration de l'entrevue motivationnelle a été influencée, entre autres, par les éléments suivants :  

·         La théorie de l'autodétermination, selon laquelle le soutien à l'autonomie, la motivation à atteindre l'autonomie et la compétence perçue sont prédictifs des résultats sur le plan de la santé et du comportement, semble particulièrement compatible avec l'esprit et les stratégies de l'EM (Vansteenkiste & Sheldon, 2006; Williams et coll., 2006).

·         La théorie de la dissonance cognitive (p. ex., l'écart entre les comportements actuels et les objectifs futurs) s'avère pertinente pour certains aspects de l'EM, particulièrement la capacité clinique à créer un écart. (Draycott & Dabbs, 1998; Lundahl & Burke, 2009).

·         La théorie de la perception de soi, selon laquelle s'entendre plaider en faveur du changement a un effet sur la motivation, se rapporte à l'intention de l'EM notamment d'encourager le client à parler de changement (les paroles du client qui sont en faveur du changement) (Lundahl & Burke, 2009).

L'incidence de l'EM sur le changement

Deux composantes spécifiques semblent opérer de concert pour susciter le changement :

·         les composantes relationnelles (ou empathiques, interpersonnelles)

·         les composantes techniques qui suscitent et renforcent les motifs personnels du client à l'égard de son changement de comportement (Miller & Rose, 2009)

Un modèle émergent de chaîne de causalité pour l'EM fait le lien entre la formation des thérapeutes, les aptitudes à l'EM, les réactions du client et les résultats thérapeutiques (Miller & Rose, 2009).

Ces différents courants théoriques font encore l'objet de débats et de discussions. Les futures versions de l'EM seront sans nul doute  ancrées dans des modèles et cadres plus robustes.

Les quatre processus de l'EM

Les processus de l'EM sont à la fois séquentiels récursifs. Les composantes suivent un ordre logique, chacune misant sur celle qui la précède. Par contre, les praticiens peuvent retourner à des processus antérieurs tout au long de la relation d'aide.

Engagement

S'il n'y a pas d'engagement, il est impossible de poursuivre; le client prend la décision de collaborer avec le praticien et de participer activement  au traitement.

Concentration sur l'objectif

Le client étant un partenaire égal, ce processus de « concentration stratégique » vise les cibles ou les orientations possibles pour effectuer le changement. Avec le temps, il peut être nécessaire d'effectuer un recentrage des objectifs à mesure qu'ils évoluent.

Évocation

La tâche du praticien consiste à faire évoquer par le client son ambivalence à l'égard du changement, ses motivations en faveur du changement et ses stratégies en matière de changement. À cette étape, les aptitudes à l'EM prennent un caractère stratégique car elles orientent le client dans la direction du changement en faisant particulièrement attention à susciter des paroles de changement.

Planification

Le processus de planification ne peut avoir lieu que quand, et seulement quand, le client est prêt à s'engager à changer. 


Identifiez-vous pour commenter !