Click here to see the meta data of this asset.

TDAH chez l’adulte : Introduction

Questions courantes dans le contexte des soins primaires

Quelle est la prévalence du trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) dans l'enfance comparativement à sa prévalence à l'âge adulte?

Le TDAH est le trouble neurobiologique le plus courant dans l'enfance. Au moins 60 pour cent de la population d'enfants atteints présentent encore des symptômes handicapants à l'âge adulte, ce qui conduit à un possible taux de prévalence de 4,4 pour cent de TDAH dans la population adulte. Cette population adulte présentant un TDAH comporte presque autant de femmes que d'hommes.

Comment expliquer que 4,4 pour cent de la population a soudainement été atteinte de TDAH?

Jusqu'en 1994 n'existait aucun critère diagnostique de TDAH; de ce fait, les médecins étaient obligés d'avoir recours à un autre diagnostic pour désigner ce tableau clinique.

Comment aurait-on pu nommer ce trouble lorsque le terme TDAH n'existait pas?

L'évolution naturelle du TDAH se fait vers l'anxiété et la dépression. Il faut aussi envisager le diagnostic de TDAH chez les patients présentant un trouble bipolaire de type II, des troubles de la personnalité, des dépendances concomitantes au cannabis et à la cocaïne, ou une anxiété généralisée.

Les patients atteints de TDAH n'abusent-ils pas de leurs médicaments?

Au contraire, les médicaments jouent un rôle protecteur, car ils évitent que les patients ne s'administrent eux-mêmes des médicaments.

Le diagnostic de TDAH n'est-il qu'une excuse aux mauvaises habitudes et à la paresse?

Le TDAH peut être traité avec succès. Procurer un traitement quand des symptômes sont présents offre aux patients la possibilité de vivre leur vie au maximum de leur potentiel.

Chaque personne a le TDAH dans une certaine mesure, n'est-ce pas?

N'importe qui peut présenter certains symptômes du TDAH, mais pour répondre aux critères diagnostiques un certain nombre de symptômes doivent être présents et entraîner une altération importante.

Le patient ne veut prendre des médicaments que de temps en temps. Est-ce possible?

Oui, bien que les médicaments doivent permettre au patient d'atteindre l'objectif d'une vie sans auto-administration de substances, certains patients n'en ont besoin que dans les situations nécessitant une attention soutenue.

Mon patient n'est pas hyperactif. Pourrait-il quand même avoir un TDAH?

Nous passons sûrement à côté des symptômes d'inattention du TDAH chez nombre de patients qu'on qualifie de timides, renfermés ou encore de « grands rêveurs ». En règle générale, les personnes qui ne présentent que des symptômes d'inattention sont souvent des femmes.

Le TDAH ne témoigne-t-il pas seulement de notre mode de vie occidental et n'est-il que le dernier phénomène de mode des médias?

Le TDAH est prévalent non seulement dans les pays occidentaux, mais dans le monde entier. L'existence du TDAH dans l'enfance est acceptée depuis des dizaines d'années. Ce n'est que vers la fin des années 1980 qu'ont été publiées des études montrant que ce trouble se poursuit à l'âge adulte. 

 

Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions

Clinical guidelines

Canadian ADHD practice guidelines (CADDRA, 2011)

Attention deficit hyperactivity disorder: diagnosis and management (NICE guideline CG72, 2008)