Click here to see the meta data of this asset.

Démence : Prendre en charge les comportements difficiles

Les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence

Les personnes qui sont aux prises avec les changements cognitifs liés à la démence présentent souvent des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD).

Les SCPD sont courants et touchent de 40 à 80 pour cent des personnes atteintes de démence. Ils sont associés à un accroissement du fardeau des aidants et à une probabilité accrue pour le patient d'être placé dans une maison de soins infirmiers.

Susceptibles de se manifester à n'importe quelle étape de la démence, les SCPD se caractérisent par ces comportements :

  • agitation et nervosité
  • anxiété
  • apathie/refus de participer, repli sur soi, pleurs
  • attitude défensive
  • entendre des voix et avoir des visions
  • amasser et farfouiller
  • impulsivité
  • comportement sexuel inapproprié
  • indiscrétion
  • résistance aux soins
  • méfiance, accuser les autres
  • paroles perturbatrices
  • errance

Étapes à suivre dans l'évaluation et le traitement des SCPD

Obtenez une description claire du comportement à l'aide du modèle antécédent-comportement-conséquence ou approche ABC (sigle anglais de : Antecedents, Behaviour, Consequence):

•  Quels sont les antécédents du comportement?

•  En quoi exactement consiste le comportement? (les termes « agité » ou « agressif » ne suffisent pas, soyez plus précis)

•  Quelle est la conséquence du comportement (en termes de réaction de l'aidant)?

Exclure les autres causes du comportement

Après avoir obtenu une description claire, il incombe d'écarter les causes secondaires du comportement qui sont éventuellement réversibles. Évaluez les risques de délire à l'aide du modèle des trois questions (Qu'est-ce qui a changé? Quels sont les risques et les causes? Quelle est l'intervention?) pour que la méthode utilisée soit systématique et globale.

Le délire peut s'accompagner de troubles du comportement chez les adultes âgés souffrant de démence et devrait être exclu en premier (voir l'algorithme diagnostique chez un patient délirant). De plus, les problèmes médicaux qui peuvent exacerber les comportements comprennent la douleur, les besoins non comblés, la constipation et des facteurs environnementaux.

Mise en place d'interventions non pharmacologiques

Procédez à la gestion non pharmacologique des comportements spécifiques. Instruisez les aidants, ce qui peut diminuer l'angoisse et les réactions négatives face aux comportements. Il se peut qu'il soit nécessaire d'utiliser rapidement un traitement pharmacologique si les comportements mettent les autres en danger ou causent une angoisse extrême.

Évaluer l'impact et les risques du comportement

Pour déterminer l'impact du comportement et les risques qui y sont liés, et pour contrôler l'intervention, évaluez la situation sous les quatre aspects de l'approche D (sigle anglais de : Dangerous, Distressing, Disturbing, Disability) :

Est-ce que le comportement :

• est dangereux?

• est pénible?

• perturbe les relations ou nuit à l'autonomie en raison de ses effets sur les aidants?

• entraîne une incapacité (par ex., malnutrition médicale, risque de chute)?

Optimiser le traitement à l'aide de la pharmacothérapie

Si le comportement persiste, envisagez la possibilité d'optimiser le traitement de la démence sous-jacente. Cette intervention peut englober des mesures visant à prévenir un déclin cognitif accru et la prescription de substances nootropiques.

Évaluez et traitez la dépression ou l'anxiété concomitante à l'aide de la pharmacothérapie appropriée (p. ex., ISRS) et d'interventions psychosociales.

Si ces interventions échouent, envisagez la pharmacothérapie visant les SCPD. Examinez la possibilité d'un aiguillage en psychiatrie, en neurologie ou en gériatrie.

Médicaments pour traiter les SCPD

La démence sous-jacente se traite au moyen des interventions psychosociales et pharmacologiques appropriées, mais on a constaté, en outre, que plusieurs médicaments étaient efficaces dans le traitement de certains SCPD. Le Tableau 10.3 : Médicaments pour traiter les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence résume l'information sur les indications, les doses, les effets secondaires et le suivi.

Parmi les comportements qui ne se prêtent généralement pas à la pharmacothérapie figurent les égarements, les questions répétitives ou la vocalisation, les comportements alimentaires anormaux, les comportements répétitifs, se vêtir, se dévêtir, déféquer ou uriner de façon inopportune.

Voici des exemples de comportements qui peuvent être traités par la pharmacothérapie :

• l'agression verbale

• l'anxiété

• l'agitation

• la tristesse

• l'insomnie

• le sommeil perturbé

• l'hyperactivité

• le délire ou les hallucinations qui persistent

• les comportements sexuels inappropriés accompagnés d'agitation

Les antipsychotiques atypiques

Les antipsychotiques atypiques constituent le meilleur traitement validé dans le traitement de l'agitation sévère ou de la psychose pour les cas de démence où les interventions non pharmacologiques sont sans effet.

Les avantages potentiels de ces médicaments doivent être mis en balance avec les effets secondaires graves potentiels. Les antipsychotiques atypiques ont été associés à un risque accru de mortalité et d'AVC dans le traitement des SCPD. Les patients doivent être mis en garde par rapport aux risques potentiels et être suivis de près pour déceler tout effet indésirable.

Autres médicaments

Quelques études appuient l'utilisation d'autres médicaments dans le traitement des SCPD dont les ISRS, comme le citalopram et l'antidépresseur trazodone. Par ailleurs, il n'y pas ou presque pas de données probantes à l'appui de l'utilisation des benzodiazépines ou d'autres hypnotiques; et comme on s'interroge sur les risques importants qui pourraient y être associés, on ne les recommande pas.


Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions