Click here to see the meta data of this asset.

Troubles de l'alimentation : Diagnostics différentiels

Du fait que vous êtes fournisseur de soins primaires et non-spécialiste des troubles de l'alimentation, vous avez la responsabilité d'éliminer les autres causes possibles du tableau clinique.

Si les personnes peuvent perdre du poids pour de nombreuses raisons, le diagnostic de trouble de l'alimentation nécessite une composante « nerveuse », une préoccupation excessive quant au poids et à la forme du corps, une influence de ces paramètres sur la perception que la personne a d'elle-même, et une crainte morbide de devenir gros.

Diagnostics différentiels médicaux

Les diagnostics différentiels médicaux à envisager incluent :

  • hyperthyroïdie
  • tumeur maligne
  • malabsorption
  • inflammation (par ex., maladie de Crohn, rectocolite hémorragique).

L'enregistrement soigneux des antécédents élimine la plupart de ces possibilités, mais un examen physique et des examens de laboratoire aident aussi non seulement à clarifier le diagnostic, mais aussi à manifester l'inquiétude que vous éprouvez pour la patiente.

Autres troubles psychiatriques

Une analyse superficielle peut faire prendre pour des troubles des conduites alimentaires d'autres troubles psychiatriques, parmi lesquels :

  • une dépression (accompagnée d'anorexie vraie et de perte de poids)
  • un trouble de conversion (conviction que quelque chose est bloqué dans la gorge et que la nourriture ne peut plus passer)
  • une schizophrénie (éviction des aliments due à l'idée délirante qu'ils sont empoisonnés)
  • un abus de substance (psychostimulants qui entraînent une perte de poids).

L'enregistrement soigneux des antécédents par un médecin à l'écoute clarifie habituellement le diagnostic. Dans la mesure où la patiente a déjà elle-même posé un diagnostic grâce à Internet, la bonne volonté que vous affichez pour reconnaître que la patiente a un trouble des conduites alimentaires autorise celle-ci à en parler.

Chez un grand nombre de fournisseurs de soins de santé, l'apparente conscience qu'ont les patientes atteintes de troubles alimentaires du contrôle qu'elles exercent entraîne une frustration, et même les exaspère. Ils peuvent réduire au minimum ces réactions en essayant de comprendre la nature des troubles des conduites alimentaires :

  • Si des problèmes liés à la recherche d'un contrôle peuvent faire tomber quelqu'un dans un trouble des conduites alimentaires, ce processus se termine toujours par le contrôle et la domination de la personne.
  • Si les troubles de l'alimentation entraînent de nombreuses complications médicales et psychiatriques, ils peuvent aussi avoir une fonction adaptative pour la patiente (par ex., se sentir plus dans le contrôle, être complimenté sur la perte de poids). Si vous trouvez cette fonction, les patientes sont plus enclines à sentir que, au-delà de leur poids et de leurs symptômes, vous les comprenez en tant que personne.

Il est également important de rencontrer la famille et d'échanger avec elle. Non seulement les membres de la famille vous informeront quant à des antécédents moins saillants, mais il est aussi probable qu'ils se sentent dépassés et inquiets, et qu'ils ont besoin de votre soutien.


Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions

Clinical guidelines

Eating disorders in over 8s: management (NICE guideline CG9, 2004)