Click here to see the meta data of this asset.

Troubles de l'alimentation : Pharmacothérapie

Anorexie mentale

Dans l'anorexie mentale, le traitement médicamenteux de choix est la nourriture. Administrée en quantité suffisante pendant suffisamment longtemps, la nourriture traite presque toutes les anomalies trouvées à l'examen physique et aux examens de laboratoire et typiques de cette affection. L'alimentation fait aussi disparaître certains symptômes psychiatriques, comme l'instabilité de l'humeur, l'anxiété, l'altération de la concentration et les perturbations du sommeil.

Résistez à la tentation d'utiliser des antidépresseurs pour traiter les perturbations de l'humeur, car leur efficacité n'est pas prouvée au moment où la patiente est en insuffisance pondérale.

Chez certaines patientes, l'anxiété anticipatoire précédant un repas adéquat peut être si accablante qu'une benzodiazépine à courte durée d'action comme le lorazépam peut être utilisée mais, au-delà de la simple expérience clinique, il n'existe pas de données très probantes appuyant l'utilisation des benzodiazépines.  

La distorsion apparemment délirante de l'image corporelle témoignant de l'anorexie mentale ne répond pas aux antipsychotiques. Les médicaments qui induisent une prise de poids au titre de leurs effets secondaires ou ceux qui stimulent l'appétit ne devraient pas être utilisés dans la mesure où les données prouvent leur non-efficacité. Cependant, des patientes atteintes d'anorexie mentale et ayant retrouvé leur poids peuvent avoir besoin d'une pharmacothérapie, du fait de leur vulnérabilité chronique vis-à-vis des troubles de l'humeur et des troubles anxieux. 

Boulimie et accès hyperphagiques

Il existe des données probantes concernant l'efficacité des antidépresseurs sur la boulimie. Cependant, la  fluoxétine est le seul médicament de ce type ayant reçu l'approbation de Santé Canada comme traitement de ce trouble, et la dose classique à laquelle les personnes boulimiques répondent est 60 mg par jour en une seule prise (par rapport à 20 mg chez les personnes atteintes de dépression seule). Il n'existe pas de données probantes de suicidalité accrue avec la fluoxétine dans cette indication. Les effets secondaires courants incluent des perturbations du sommeil et une diminution du désir et du fonctionnement sexuels.

Dans les accès hyperphagiques, il existe des données modérément probantes quant à l'efficacité de divers ISRS (fluoxétine, fluvoxamine, sertraline, citalopram) avec des réductions plus importantes dans les hyperphagies et autres symptômes psychiatriques par rapport aux groupes traités par placebo. Cependant, il existe dans les essais cliniques des taux élevés d'abandon et de réponse sous placebo.


Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions

Clinical guidelines

Eating disorders in over 8s: management (NICE guideline CG9, 2004)