Click here to see the meta data of this asset.

La manie : Diagnostics différentiels

Troubles du spectre bipolaire

Les troubles du spectre bipolaire sont classés dans le DSM en quatre types :

  • Trouble bipolaire de type I : comporte au moins un épisode maniaque ou mixte.
  • Trouble bipolaire de type II : comporte hypomanie et dépression, peut-être la présentation bipolaire la plus courante en soins primaires; les personnes atteintes font souvent appel aux services de santé lors d'une phase dépressive au cours de laquelle elles répondent insuffisamment aux antidépresseurs classiques, et ce tableau clinique peut être pris pour une dépression résistante au traitement.
  • Trouble cyclothymique : instabilité de l'humeur biphasique continue durant depuis au moins deux ans chez un adulte, mais jamais suffisamment grave pour répondre aux critères de l'épisode dépressif caractérisé ou de la manie.
  • Trouble bipolaire non spécifié

​Le DSM-5 comporte encore un type : Autre trouble bipolaire ou apparenté spécifié. Consultez la liste des changements majeurs (disponible en anglais) et d'autres informations similaires.

La perturbation psychiatrique ne doit pas être complètement expliquée par les effets d'une affection médicale générale ou de l'utilisation d'une substance. 

Antidépresseurs et symptômes hypomaniaques

Un scénario clinique courant en soins primaires est l'existence d'une manie ou d'une hypomanie chez un patient recevant un antidépresseur en monothérapie et n'ayant pas d'antécédent d'épisode maniaque ou mixte. Bien que le DSM laisse penser que la manie de ce patient est « induite » par l'antidépresseur, les données disponibles prouvent que les antidépresseurs n'entraînent pas de manie, et ne font qu'exacerber des symptômes hypomaniaques préexistants ou révéler ces mêmes symptômes chez une personne vulnérable.

Autres considérations de diagnostic différentiel

Les autres troubles à prendre en compte dans le diagnostic différentiel du trouble bipolaire incluent l'épisode dépressif caractérisé avec agitation/anxiété marquée, le trouble dysphorique prémenstruel, le trouble affectif saisonnier et les troubles de la personnalité.

Personnalité borderline

La personnalité borderline (PB) n'est pas un diagnostic d'exclusion du trouble bipolaire. Un grand nombre de patients présentent les deux affections. Les caractéristiques définitoires de la PB consistent en un schéma systématique et durable de relations interpersonnelles chaotiques et houleuses, avec des plaintes de vide et des « difficultés à s'attacher ». Les personnes présentant une PB ont souvent vécu un traumatisme, comme des malheurs dans l'enfance.

Traits psychotiques

De 50 à 95 pour cent environ des personnes atteintes de trouble bipolaire présentent des traits psychotiques. Celles-ci sont plus susceptibles d'exprimer des caractéristiques psychotiques pendant les épisodes maniaques que lors des épisodes dépressifs. Des idées délirantes congruentes à l'humeur, comme les idées de grandeur, et des idées délirantes non congruentes à l'humeur, comme la paranoïa, sont les caractéristiques psychotiques les plus courantes. La psychose se présentant comme une forme de trouble de la pensée (par ex., pensée tangentielle) est également courante.

Bien que des hallucinations et des perceptions « éveillées » surviennent aussi souvent, les hallucinations soulignent la nécessité d'éliminer les causes organiques et l'utilisation d'une substance. Chez tout patient présentant des caractéristiques psychotiques, la possibilité d'un trouble psychotique primaire comme la schizophrénie doit être envisagée.


Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions