Click here to see the meta data of this asset.

La manie : Dépistage, évaluation et diagnostic

Évaluation rapide

Dans les établissements de soins primaires, l'évaluation rapide d'un patient possiblement maniaque ou hypomaniaque doit en premier lieu tenir compte de la sécurité du patient, de sa famille, des soignants, ainsi que des fournisseurs de soins de santé. La complexité et la sévérité des symptômes de manie rendent souvent nécessaire l'hospitalisation pour rapidement maîtriser cette symptomatologie. Une agitation, une irritabilité et une profonde agressivité sont couramment observées et associées à des actes autodestructeurs (Yatham et coll., 2006; Yatham et coll., 2009).Les fournisseurs de soins primaires doivent effectuer en routine un dépistage de trouble bipolaire chez tous les patients présentant des symptômes affectifs (Das et coll., 2005). Les patients présentant de plus un trouble anxieux, un trouble de l'usage d'une substance ou une perte du contrôle des impulsions (par ex., jeu d'argent pathologique) doivent être soigneusement examinés à la recherche d'un trouble bipolaire. 

Questionnaire de trouble de l'humeur

Dans un contexte professionnel très occupé, un outil de dépistage comme le Questionnaire de trouble de l'humeur (Mood Disorder Questionnaire ou MDQ  est non seulement valable, mais efficace pour explorer la possibilité d'une symptomatologie bipolaire. Ce questionnaire que l'on administre au patient comporte 13 questions concernant les symptômes de manie et d'hypomanie, auxquelles il doit répondre par « Oui » ou « Non ». Pour que le dépistage soit positif, il faut d'une part sept réponses « Oui », d'autre part des symptômes survenant en même temps et causant une altération fonctionnelle de niveau modéré. Ce dépistage positif doit être suivi d'une exploration plus approfondie pour confirmer ou infirmer le diagnostic de trouble bipolaire. (Hirschfeld et coll., 2000).

Éliminer une pathologie organique

Une pathologie organique peut être raisonnablement exclue en ciblant les facteurs biologiques qui peuvent être associés à la manie.

Par exemple, il peut être justifié de réaliser un examen physique à la recherche de signes neurologiques en foyer ou de données prouvant un traumatisme crânien. E plus, il est généralement recommandé d'effectuer des tests de laboratoire à la recherche d'anomalies thyroïdiennes. Les fournisseurs de soins primaires doivent aussi envisager un dépistage toxicologique s'ils soupçonnent l'utilisation de drogues illicites. Ils devront alors obtenir le consentement du patient

Indices cliniques d'une dépression bipolaire

Dans le cadre de soins primaires, les éléments clés d'un tableau clinique de bipolarité incluent :

  • tableau initial de dépression qui évolue en dépression résistante au traitement
  • antidépresseur en monothérapie qui exacerbe ou révèle une hypomanie
  • symptômes dominants : anxiété, agitation et hyperactivité
  • faible contrôle des impulsions
  • antécédents familiaux de maladie mentale
  • âge précoce de début des perturbations.

Psychiatric interviewing series

David Goldbloom and Nancy McNaughton demonstrate clinical interviewing situations.

Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions