Click here to see the meta data of this asset.

Troubles du sommeil : Diagnostics différentiels

Insomnie

On peut envisager la cause présumée de l'insomnie à partir des cinq P :

  1. Physique : cause qui peut être liée à l'environnement de la chambre, par exemple bruit, lumière, température ou télévision.
  2. Psychophysiologique : cause qui se rapporte à l'apparition de l'insomnie à la suite d'un évènement stressant. Par exemple, tous les caractéristiques d'un deuil disparaissent, mais la perturbation du sommeil persiste. 
  3. Psychologique/psychiatrique : la cause initiale de l'insomnie est alors classiquement l'anxiété. L'insomnie de maintien (sommeil perturbé) survient dans de nombreux troubles psychiatriques, parmi lesquels les troubles des conduites alimentaires, la démence et la schizophrénie. L'insomnie terminale (réveils très matinaux) est plus caractéristique de la dépression.
  4. Physiopathologique : cette cause de l'insomnie correspond aux affections médicales associées à l'insomnie. Ces affections vont des états douloureux, incluant la fibromyalgie et l'arthrite, à l'hyperthyroïdie et aux troubles respiratoires ou cardiaques, incluant l'emphysème ou l'insuffisance cardiaque congestive. Ils comprennent également des affections du système nerveux central, comme la démence, les traumatismes crâniens, la maladie de Parkinson et les défaillances organiques, ainsi que des troubles spécifiques du sommeil, comme les apnées obstructives du sommeil et les mouvements périodiques des jambes au cours du sommeil.
  5. Pharmacologique : ces causes sont liées à l'utilisation de médicaments comme les antidépresseurs, les stimulants, les antihypertenseurs, y compris les bêtabloquants, ainsi que les décongestionnants et les corticostéroïdes. Prenez également en compte l'effet rebond d'un sevrage d'agents sédatifs, comme l'alcool et les hypnotiques de courte durée d'action.

Somnolence diurne excessive

Les causes devant être envisagées devant une somnolence diurne excessive incluent :

  • insuffisance de sommeil
  • apnées du sommeil
  • narcolepsie
  • mouvements périodiques des jambes
  • utilisation de substances ou de médicaments
  • troubles médicaux
  • troubles psychiatriques
  • troubles du rythme circadien
  • affections diverses.

Manque de sommeil

La restriction de sommeil (sommeil insuffisant) est la cause la plus courante de somnolence diurne excessive chez les personnes en bonne santé.

Apnées du sommeil

Les personnes qui présentent des apnées du sommeil font au moins cinq pauses respiratoires de plus de 10 secondes par heure en raison d'une obstruction des voies aériennes supérieures (apnées obstructives du sommeil) ou d'un arrêt des efforts de respiration (apnées centrales du sommeil).

Bien que les patients présentant des apnées du sommeil puissent sembler dormir durant la nuit, leur sommeil est entrecoupé de courtes périodes de vigilance qui suivent les épisodes apnéiques et ne donnent plus le sentiment d'avoir un sommeil récupérateur. Les personnes qui présentent des apnées du sommeil se plaignent souvent de maux de tête matinaux et de fatigue diurne, et elles se sentent fatiguées au réveil d'une sieste. 

Narcolepsie

Le symptôme majeur d'une narcolepsie, une affection rare d'origine génétique ou post-traumatique, consiste en une somnolence diurne excessive qui s'accompagne de courtes siestes (10 à 20 minutes), ou d'attaques de sommeil soudaines et irrésistibles dont le patient se réveille régénéré. Celui-ci peut aussi éprouver une cataplexie (perte du tonus musculaire lors d'états fortement émotionnels), une paralysie du sommeil (brève incapacité à bouger au réveil) et des hallucinations liées au sommeil.

Mouvements périodiques des jambes

Les mouvements périodiques des jambes, qui se caractérisent par des secousses musculaires répétées des jambes durant le sommeil, sont plus courants chez les personnes âgées, dans les troubles vertébraux dégénératifs, chez les femmes enceintes, chez les patients parkinsoniens, et chez les personnes atteintes d'une insuffisance rénale chronique. Ils surviennent également quand la ferritine est basse et lors d'une déficience en vitamine B12. Ce trouble peut entraîner des problèmes, même au minimum de la fourchette normale des taux de ferritine. 

Utilisation d'une substance ou d'un médicament

L'utilisation de drogues comme les benzodiazépines et les antihistaminiques, la prise d'alcool, et le sevrage de stimulants doivent être considérés comme pouvant être à l'origine d'une somnolence diurne excessive.

Troubles médicaux

Les infections systémiques aiguës constituent une cause courante de somnolence diurne excessive. Les troubles neurologiques (infections, épilepsie, post-traumatisme) et les troubles métaboliques touchant le système nerveux central sont également souvent associés à une somnolence diurne excessive.

Troubles psychiatriques

Bien qu'une dépression soit habituellement associée à l'insomnie, 20 pour cent des patients dépressifs disent ressentir une fatigue et une somnolence excessives. La dépression atypique se caractérise par une hypersomnie. Le trouble stress post-traumatique peut générer une architecture pathologique du sommeil et ainsi causer une fragmentation du sommeil, ce qui prive les patients de sommeil récupérateur.

Troubles du rythme circadien

Les troubles du rythme circadien sont définis comme un décalage entre les horaires de sommeil du sujet et les horaires considérés comme la norme pour l'école, le travail, et les autres obligations. Le trouble circadien le plus courant en soins primaires concerne les patients qui travaillent par roulement.

Chez les adolescents, un problème courant est le syndrome de retard de phase du sommeil, dans lequel le cycle veille-sommeil est décalé, avec un coucher tôt le matin et un réveil en milieu de journée. Les adolescents qui présentent un retard de phase du sommeil ont des difficultés à se lever le matin des jours d'école et sont somnolents l'après-midi.

États divers

D'autres affections peuvent entraîner une somnolence diurne excessive, parmi lesquelles l'hypersomnie idiopathique, l'hypersomnie suivant une infection virale, certaines caractéristiques génétiques et le syndrome de Kleine-Levin (hyperphagie, agression et hypersexualité chez l'adolescent).


Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions