Click here to see the meta data of this asset.

Troubles du sommeil : Dépistage, évaluation et diagnostic

Types de troubles du sommeil

Bien qu'il existe plus de 80 types de troubles du sommeil, leur classification simpliste en sommeil insuffisant (insomnie), trop de sommeil  (hypersomnie, sommeil excessif), problèmes de rythme circadien et « trucs qui surgissent la nuit » (parasomnies) est utile pour d'une part classer les symptômes, d'autre part prendre en charge ces troubles.

L'insomnie et le sommeil excessif constituent les plaintes de présentation les plus courantes en consultation de soins primaires.

Dépistage de l'insomnie

L'insomnie est définie comme une difficulté permanente à s'endormir ou à rester endormi, un réveil plus matinal que souhaité, l'absence de sommeil récupérateur malgré des circonstances adéquates. L'insomnie aiguë dure moins d'un mois et elle est habituellement déclenchée par une affection médicale aiguë ou un stress. L'insomnie chronique dure plus de 30 jours, et souvent des dizaines de jours en l'absence de traitement.

L'échelle d'insomnie d'Athènes (Soldatos et coll., 2000) est un questionnaire d'auto-évaluation que les patients peuvent remplir en cinq minutes au bureau du médecin. Si son score est supérieur à 10 (Soldatos et coll., 2003), vous devez apprécier les facteurs suivants :

  • horaires de sommeil et hygiène de sommeil
  • anxiété ou préoccupations nocturnes
  • fonctionnement diurne
  • troubles médicaux
  • médicaments
  • utilisation d'une substance.

Horaires de sommeil et hygiène de sommeil

Colligez des informations sur le coucher, le temps nécessaire au patient pour s'endormir, le nombre et la durée des éveils nocturnes, le réveil définitif le matin, le temps nécessaire au patient pour sortir du lit, et la différence entre nuit de semaine et nuit de fin de semaine sur le plan des horaires et de la qualité du sommeil. Renseignez-vous sur la routine au coucher et l'existence éventuelle de facteurs perturbants dans l'environnement de sommeil, comme la télévision, les ordinateurs ou les téléphones.

Anxiété ou inquiétude nocturnes

Posez aux patients des questions concernant une anxiété, une préoccupation, une frustration, un problème à résoudre, une rumination sur des questions stressantes, mais aussi l'incapacité à « déconnecter » en position couchée au lit durant la nuit.

Fonctionnement diurne

Évaluez la somnolence diurne, la fatigue physique et mentale, les problèmes de concentration et de mémoire, et posez des questions concernant l'humeur et l'irritabilité. La somnolence diurne n'est généralement pas le symptôme diurne prépondérant de l'insomnie. Les patients se plaignent plutôt d'épuisement mental et d'incapacité à faire une sieste durant la journée.

Troubles médicaux

Dépistez les troubles spécifiques du sommeil et les états médicaux et psychiatriques qui peuvent entraîner une insomnie.

Médicaments

Examinez les médicaments qui ont un effet stimulant sur le SNC ou qui perturbent le sommeil, comme les diurétiques. 

Utilisation d'une substance

Demandez au patient s'il consomme de la caféine ou d'autres substances. Envisagez également la situation où le patient est en sevrage alcoolique. 

Somnolence excessive : dépistage des apnées

La somnolence excessive se caractérise par une plainte de somnolence diurne constante et récurrente, se doublant classiquement d'épisodes de sommeil inappropriés. Tous les patients fatigués, somnolents, voire épuisés, devraient faire l'objet d'un dépistage à la recherche d'apnées du sommeil.

Un bref questionnaire permettant d'évaluer la somnolence excessive est l'échelle de somnolence d'Epworth. La plupart des patients peuvent répondre aux questions de cette échelle en deux à trois minutes. Un score supérieur ou égal à neuf est considéré comme un score positif vis-à-vis de la somnolence.

L'acronyme STOP se réfère à un outil de dépistage simple des apnées du sommeil et signifie :

Ronflez-vous (Snore)?

Vous sentez-vous fatigué (Tired), épuisé ou somnolent durant la journée ?

Quelqu'un vous a-t-il vu (Observed) vous arrêter de respirer durant votre sommeil ?

Avez-vous une pression (Pressure) artérielle élevée?

Si le patient répond « Oui » à deux de ces quatre questions, il y a 77 pour cent de chances qu'il fasse des apnées du sommeil.

Si quelqu'un est positif au dépistage STOP, étudiez les items de l'acronyme BANG, qui signifie :

IMC (BMI) : >  35

Âge : >  50 ans

Tour de cou (Neck) : >  40 cm

Sexe (Gender) : masculin

La sensibilité des questionnaires de dépistage STOP et BANG est de :

  • 84 % pour les apnées du sommeil légères;
  • 97 % pour les apnées du sommeil modérées;
  • 100 % pour les apnées du sommeil sévères.

Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions