Click here to see the meta data of this asset.

Somatisation : Quand orienter vers un psychiatre ?

Ce que peut apporter un spécialiste 

Les patients présentant des troubles somatoformes ne peuvent généralement pas trouver directement un psychiatre pour recevoir un traitement, car la plupart des psychiatres sont à peine formés à l'évaluation et à la prise en charge de ces troubles, et qu'ils ne sont pas intéressés par ces patients centrés sur des symptômes physiques et chez lesquels la réussite thérapeutique est en général lente à obtenir.

Les psychiatres peuvent cependant être utiles de différentes manières, en :

  • évaluant le risque de suicide, qui apparaît chez certains patients aux vies déprimantes du fait de leur symptomatologie physique permanente et du lourd fardeau des comorbidités psychiatriques; 
  • donnant des conseils sur la prise en charge de la dépression ou l'anxiété résistante au traitement, qui peuvent constituer le problème principal ou une comorbidité secondaire associée à un trouble somatoforme;
  • confirmant un diagnostic.

Du fait qu'un grand nombre de psychiatres ne sont pas à l'aise avec l'évaluation de symptômes physiques et de problèmes médicaux, ils peuvent recommander des explorations médicales supplémentaires. S'il est parfois bienvenu de prescrire un plus grand nombre d'explorations pour pouvoir trouver des preuves d'organicité, dans d'autres cas, un plus grand nombre d'explorations soulagent surtout l'anxiété du psychiatre vis-à-vis de l'évaluation d'une symptomatologie physique, tout en contrecarrant les tentatives du fournisseur de soins primaires de limiter les explorations.

Préparer le patient à une consultation psychiatrique

Du fait de la stigmatisation plus ou moins ouverte de la spécialité et des perceptions erronées qui subsistent à propos de la psychiatrie, il est important de préparer les patients à une consultation psychiatrique. Voici quelques conseils pour aider les patients à se sentir plus à l'aise :

Réitérez votre inquiétude pour le patient. Dites lui que vous voulez lui offrir les meilleurs soins possibles, que ses symptômes sont importants et sa souffrance réelle, que vos propres soins en seront améliorés, et que vous vous sentirez mieux s'il voit un expert dans le domaine pertinent (par ex., le maniement de médicaments développés dans l'anxiété et la dépression, qui peuvent également traiter des symptômes qu'il éprouve, comme la fatigue ou les problèmes de sommeil).

Attendez-vous à ce que le patient puisse avoir une réaction négative vis-à-vis du psychiatre vers lequel vous l'orientez. Cette réaction peut survenir sur le moment, ou quand le patient rentre chez lui et voit l'orientation vers le psychiatre comme la preuve que vous pensez que « tout est dans sa tête » ou que vous essayez de « vous débarrasser de lui ». Demandez-lui de se rappeler que l'orientation signe le fait que vous voulez pour lui ce qu'il y a de mieux comme traitement et que vous vous sentez engagé dans sa prise en charge en cours.

Mettez en valeur l'expérience du psychiatre en symptomatologie physique. Si le psychiatre reçoit en consultation des patients présentant une affection médicale, ajoutez cela à votre « argumentaire de vente » (par ex., le Dr X a déjà aidé certains de mes patients qui présentaient des problèmes physiques, parmi lesquels les problèmes qui sont les vôtres, et il a également contribué à améliorer la qualité de vie de ceux de mes patients qui présentaient un cancer ou une cardiopathie). Cela aidera les patients à ne pas immédiatement rejeter le psychiatre comme quelqu'un qui « ne connaît rien » aux symptômes physiques.  


Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions