Click here to see the meta data of this asset.

Problèmes liés à l’usage de substances : Options générales de traitement

Soins actifs

Un traitement adéquat de l'intoxication et du sevrage peut constituer une opportunité idéale pour amorcer une discussion avec le patient sur sa réadaptation. Un sevrage mal pris en charge peut au contraire conforter la dépendance d'un patient qui sait soulager les symptômes désagréables en reprenant l'usage de sa drogue de choix.

Gestion du sevrage

Déterminez si le patient nécessite une gestion du sevrage avec supervision médicale. Envisagez pour cela les réalités suivantes :

  • Le sevrage d'alcool et de benzodiazépines impose en général un traitement médical en raison du risque de crises d'épilepsie.
  • Les patients aux multiples problèmes médicaux sont mieux suivis dans un cadre médical.
  • Les patientes enceintes ou à risque de suicide ne doivent pas être traitées dans le cadre de consultations externes.
  • La plupart des autres patients peuvent être traités à un centre non médical de prise en charge du sevrage.

La gestion du sevrage au cabinet du médecin ou au domicile du patient est-elle une possibilité ?

  • La prise en charge d'un sevrage non compliqué d'alcool ou d'opioïdes peut souvent être réalisée au cabinet du médecin. 
  • La gestion d'un sevrage au domicile du patient ne peut être essayée que si celui-ci a un domicile fixe et des membres de sa famille ou des amis qui le soutiennent, et s'il peut se soumettre à un suivi dans les jours qui suivent.
  • Il est fortement recommandé d'avoir une certaine confiance dans le patient, ainsi qu'une certaine connaissance de ses antécédents.

Planifiez le suivi de la réadaptation avant le sevrage, ou immédiatement après son début. Un sevrage sous surveillance est en effet insuffisant, en lui-même, pour assurer un maintien à long terme de la rémission (voir réadaptation).

Réadaptation

Un engagement du patient dès le début du traitement est important afin de poursuivre ce traitement. Cet engagement est associé à de meilleurs résultats, car un traitement actif est nécessaire pour aider le patient à avoir une vie définitivement libérée de la drogue. Il s'agit généralement d'un engagement de toute une vie, très intense la première année puis diminuant peu à peu au fur et à mesure que le patient se voit capable de respecter son objectif à long terme.

Dans des contextes où il s'agit de réduire le préjudice, l'objectif est d'améliorer le fonctionnement du patient dans tous les domaines, sans exiger de lui un sevrage total de la drogue.

Types de traitements et milieux de soins

Pour accroître les chances de réussite et faire en sorte que le patient maintienne le bénéfice du traitement, il faut adapter ce dernier au mode de vie du patient et tenir compte de ses responsabilités. Un grand nombre de programmes de traitement sont axés sur une substance précise ou des facteurs démographiques (p. ex., groupes réservés aux femmes, patients ayant une maladie psychiatrique concomitante, etc.).

Les types de traitement et milieux de soins sont les suivants :

  • Programmes de jour ou de soir en consultation externe : Ces programmes sont souvent affiliés à un hôpital ou à un organisme de services sociaux.
  • Programmes en établissements : Ces programmes peuvent être de courte (21 jours) ou de longue (jusqu'à six mois) durée. Un grand nombre d'entre eux offrent un soutien individuel ou en groupe une fois le programme terminé.
  • Groupes d'entraide : Les groupes d'entraide offrant des programmes en 12 étapes peuvent être axés sur la spiritualité ou la religion, ou être de nature laïque.