Click here to see the meta data of this asset.

Consultation psychiatrique en urgence

Transférer un patient à haut risque 

Soyez prêt au transfert d'un patient à risque élevé vers l'urgence psychiatrique. 

  • Ne laissez pas le patient seul. 
  • Placez le patient dans un environnement aussi sécuritaire que possible. 
  • Dites au patient que vous voulez qu'il soit vu par un psychiatre aussi vite que possible. 
  • Demandez une consultation en urgence. 
  • Transmettez au médecin de l'urgence ou au psychiatre de garde toutes les informations que vous pouvez, y compris tout antécédent de troubles psychiatriques, de tentatives de suicide passées, d'antécédents familiaux de suicide, de facteurs de stress du moment, d'affections médicales en cours et de médicaments du moment. Si cela est possible, envoyez un résumé.

Exemple : Cet homme de 45 ans a des antécédents de dépression unipolaire grave et d'une unique tentative de suicide par le passé. Il traverse actuellement un divorce difficile, est dépressif, et exprime du désespoir et l'intention de se suicider, avec un projet de surdose aux antidépresseurs. Au plan médical, il est en bonne santé, à l'exception d'une légère hypertension. Ses médicaments actuels sont les suivants : hydrochlorothiazide 25 mg par jour, et sertraline 150 mg par jour. 

  • Demandez à un membre de votre équipe d'appeler un membre de la famille ou un ami du patient pour les informer. 

Le patient coopératif qui veut aider

Un patient coopératif peut être transféré à l'hôpital de sa propre volonté, sous la responsabilité d'un membre de la famille ou d'un ami. Certaines urgences s'attendront à ce que vous délivriez une approbation médicale de base, qui comprend habituellement l'interrogatoire du patient sur l'ingestion éventuelle de drogue, l'évaluation des signes vitaux, et un examen neurologique de base.

Continuez à suivre le patient alors qu'il se rend à l'urgence :

  • Faites savoir au personnel de l'urgence quand le patient quitte votre bureau et quand il devrait s'attendre à le voir arriver.
  • Demandez à être tenu au courant si le patient n'arrive pas dans un délai raisonnable.
  • Si le patient n'arrive pas, appelez son domicile.
  • Si vous ne pouvez localiser le patient, appelez la police, exprimez votre inquiétude, et demandez-lui d'arrêter le patient et de le conduire à l'urgence la plus proche.

Familiarisez-vous à la législation en santé mentale de votre juridiction pour pouvoir utiliser les possibilités d'interventions offertes et ainsi aider votre patient de manière appropriée.

Le patient non coopératif

Si le patient refuse de se rendre à l'urgence, exprimez-lui votre inquiétude et dites-lui que la loi vous oblige à assurer sa sécurité. Appelez la police et demandez-lui de conduire le patient à l'urgence la plus proche. Soyez prêt à donner une description de votre patient si celui-ci quitte votre bureau. N'essayez pas de l'arrêter physiquement.  

Traduction du texte tiré et adapté de : Marilyn A. Craven, Paul S. Links and Gregor Novak, Assessment and management of suicide risk, Psychiatry in Primary Care (CAMH, 2011).

 


Psychiatry in primary care toolkit

A powerful mobile app packed with features that will streamline screening and assessment in primary care.

Download the Toolkit

Frequently asked questions